Michael Coleman était un violoniste irlandais influent originaire de Killavil à Sligo, né en 1891. Son style de jeu a été très influent dans la musique traditionnelle irlandaise, notamment dans le développement du « Sligo style » de violon.

Le père de Coleman, James, était un joueur de flûte, et son frère, Jim, était également respecté localement en tant que violoniste. Sa première exposition au style distinctif de violon local de Killavil a fortement influencé sa propre technique de jeu et son répertoire. Profondément enraciné dans le style de Sligo, le jeu de Coleman présentait également des touches personnelles et se distinguait par son son et son timbre uniques, sa précision technique et son utilisation de nombreuses variations, avec des techniques d’archet rapides et complexes et une ornementation précise.

Il a émigré aux États-Unis en 1914 et s’est installé à New York, où il a passé le reste de sa vie et où il est devenu une figure marquante de la scène musicale irlandaise. Sa carrière d’enregistrement a commencé en 1921, et il a acquis une large reconnaissance grâce à ses disques 78 tours enregistrés pour divers labels. Il a beaucoup enregistré pour les labels Victor et Columbia dans les années 1920 et 1930, contribuant à populariser la musique irlandaise en Amérique. Parmi ses enregistrements les plus célèbres figurent des morceaux tels que « The Tarbolton », « The Boys of the Lough » et « The Green Fields of America. »

Son influence peut être observée dans le travail de nombreux musiciens, dont Bobby Casey, Máirtín Byrnes et Denis Murphy, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.